Abilio Diniz veut se renforcer dans Carrefour


Abilio Diniz veut se renforcer dans Carrefour

Le retour dans le domaine de la distribution brésilienne

Abilio Diniz (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/abilio-diniz-veut-se-renforcer-dans-carrefour-679374.html) renoue avec le secteur de la distribution au Brésil, à presque 80 printemps et appuyé par un partenaire de premier plan. Peninsula, un fonds d'investissement créé par les Diniz, annonce fin 2014 son arrivée au capital de Carrefour Brésil, à hauteur de 10 pour cent. Péninsula détient 12 pour cent du capital de la branche brésilienne de Carrefour en 2015. Depuis, Abilio Diniz détient, à travers Peninsula, 2 sièges au conseil d’administration.

Au sein du milieu du football, Abilio Diniz fait partie du comité consultatif du São Paulo Futebol Clube et il a créé l’équipe de foot d’Audax, destinée à déceler les jeunes potentiels. Autrefois gardien de but, ayant également pratiqué la musculation et la boxe, le chef d'entreprise est un sportif dans l'âme qui démarre sa journée par une session de sport. Homme attaché aux valeurs de la famille, le businessman est le père de 6 enfants. Abilio Diniz est catholique pratiquant, il est extrêmement attaché à Sainte Rita, la patronne des situations désespérées.

Abilio Diniz participe au Conseil Monétaire National pendant que le Brésil rencontre une phase d'inflation incontrôlée, à la fin des années 80. Le patron met en place un plan de relance draconien permettant de préserver le groupe Pão de Açúcar, qui licencie 20 000 collaborateurs, vend son activité dans la péninsule ibérique et ferme un tiers des supermarchés. Au cours de la décennie 1990, Abilio Diniz procède à l'ouverture du capital de GPA. GPA arrive à être le numéro 1 de la commercialisation dans le pays après qu'il ait déclenché une phase d'achats de sociétés.

Casino actionnaire majoritaire de GPA, Abilio Diniz quitte son groupe

Au début de la décennie 2010, Abilio Diniz ambitionne de saisir l’opportunité de devenir le n°2 mondial du secteur de la distribution en réalisant la fusion du groupe GPA avec la branche brésilienne du groupe Carrefour. A l'automne 2013, l’accord signé avec le groupe français permet à Abilio Diniz de mettre fin à clause de non-concurrence. Il peut de nouveau envisager des investissements dans tous les secteurs économiques. L'union de Carrefour Brésil avec GPA rate en raison de l'opposition du patron de Casino et de l’abandon de la Banque Brésilienne de Développement. GPA reconquiert sa stabilité financière à l'issue de la crise économique et commence à discuter de collaboration avec Casino. Il affronte en effet la concurrence du groupe Carrefour sur ses terres brésiliennes.

De la petite boulangerie au à la première grande surface Grupo Pão de Açúcar

La boutique du père d’Abilio Diniz constitue la première pierre du Groupe Pão de Açúcar (GPA). Pour améliorer son propre groupe, il s'est inspiré du succès de Carrefour, dont il a rencontré les fondateurs en 1974. Le père d’Abilio Diniz a inauguré sa toute première boulangerie sur une avenue fréquentée de São Paulo.

Abilio Diniz, une enfance au Brésil

Enfant, il a pratiqué les arts martiaux pour ne plus être un souffre-douleur. La famille d’Abilio Diniz, d’origine portugaise a émigré au Brésil lors de la crise économique de 1929 Abilio Diniz veut prolonger ses études en économie en Amérique du Nord.